Littérature : Le Guinéen Williams Sassine célébré à travers un prix par le CIRD

L’initiative est du Centre International de Recherche et de Documentation CIRD qui souhaite rendre hommage à l’auteur guinéen Williams Sassine à travers un prix littéraire. Le prix a été annoncé par la Directrice Générale du CIRD, Safiatou Diallo au cours d’une conférence de presse organisée dans les locaux de la structure à Kippé dans la commune de Ratoma.

A l’image de l’esprit de l’écrivain et chroniqueur du journal satirique, le lynx, le prix Williams Sassine est organisé à travers un concours d’écriture ouvert aux participants de Guinée et du monde. Les organisateurs ont aussi la volonté de rendre cette édition biennale en langue française uniquement.

Le thème de cette première édition tourne autour de: « On a tellement de réalités qu’on n’écrit pas avec l’imagination (…) Il suffitd’ouvri sa porte, il suffit de 100m dans la rue pour qu’on n’écrit pas l’imagination (…) ». Ces propos évoquent bien la désinvolture mais aussi la précision dans les œuvres de l’auteur du « Zéro n’est pas n’importe qui » ou des « Chroniques assassines ».

Le principe du concours est d’écrire une nouvelle de 10 à 20 pages et l’adresser au CIRD par courriel à info@cirdguinee.org avant le 23 décembre 2017 à minuit. Le règlement du concours est également disponible à travers le lien suivant www.cirdguinee.org

Il faut préciser que si l’auteur métisse libanais guinéen n’a pas vraiment briller à travers les hommages du gouvernement ou du ministère de la culture, plusieurs initiatives des ongs et associations lui rendent très souvent sa grandeur. L’objectif de ce concours sera donc d’encourager l’écriture, valoriser la littérature guinéenne et africaine tout en rendant un hommage mérité à Williams Sassine qui fut « un enseignant, un écrivain, un journaliste et un homme de culture.

A la suite du lancement de ce concours, des ateliers d’écriture seront ouvert en octobre et novembre 2017 suivi de la réunion des membres du jury du 7 au 9 février 2018.

Hassane Hilal SYLLA

Pour LaPresseGuinée

SHARE