Labé : Inquiétant taux de prévalence du VIH dans la région

Plus de 1.600 patients, dont 60 adolescents, sous ARV à l’Hôpital Régional de Labé : le directeur régional de la Santé préoccupé

Dans la région de Labé, le nombre de personnes vivant avec la maladie du sida est chiffré à 2583. Ces personnes sont sous traitement anti retro viral. Cette statistique est de la dernière enquête menée par la file active en 2017 dans la zone d’intervention de Labé.

Face à ces chiffres donnés par le Bureau de la Coordination du CNLS de Labé, le directeur régional de la Santé de Labé, Dr Mamadou Houdy Bah se dit préoccupé par la progression, à une proportion inquiétante, du taux de prévalence du VIH/Sida dans la Région.

Selon le directeur régional de la Santé de Labé, actuellement plus de 1.600 patients, dont 60 adolescents, sont sous Antirétroviraux (ARV) à l’Hôpital Régional (HR), au moment où 124 femmes séropositives en grossesse suivent des traitements dans les différentes structures de Santé de la région.

«Nous ne connaissons pas le statut des époux de ces 124 femmes prises en charge par nos structures de Santé», précise-t-il.

Pour faire baisser la tendance, les autorités sanitaires de Labé préconisent un renforcement des séances de sensibilisation sur le terrain.

«Nous allons organiser des conférences débats au niveau des autorités sanitaires dans les 05 préfectures de la Région Administrative (RA) de Labé (Koubia, Mali, Tougué, Lélouma et Labé). Nous allons organiser aussi des carnavals, nous distribuerons des T-shirts, des condoms ou préservatifs», a-t-il projeté.

Selon certains spécialistes, cette campagne de sensibilisation entreprise, doit utiliser des stratégies intégrant l’épineuse question de l’adolescence dans  ce contexte de mondialisation non contrôlée.

«Ces adolescents influencés par les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) ne connaissent pas le VIH/Sida et ses implications. C’est pourquoi, ils ne se préservent pas. Il faut multiplier les efforts de sensibilisation en direction de cette couche vulnérable», a ajouté le chef de la Section Planification,Formation et Recherches à la Direction Préfectorale de la Santé (DPS) de Labé, Dr Souleymane Diallo.

LaPresseGuinée Avec AGP

SHARE