Guinée: Le Ministre de la Justice, Cheick Sako passe en revue le dossiers du 28 septembre

Après l’enquête de la rédaction de votre quotidien d’investigation @LaPresseGN sur la détention préventive en Guinée et la justice populaire, le Ministre de la Justice Garde des Sceaux, Maître Cheick SAKO a animé une conférence de presse en compagnie de plusieurs cadres et le parquet général, à la cour d’appel de Conakry (Centre de formation judiciaire).

Lors de cet exercice de communication, le garde des sceaux a passé en revue les grands dossiers judiciaires notamment ceux des artistes Elie Kamano et Takan Zion ainsi que le dossier du massacre du 28 septembre au stade du même nom.

« La justice guinéenne est capable de mener le dossier du 28 septembre jusqu’au bout » a t-il déclaré le garde des sceaux. Il a aussi indiqué que, « par rapport aux injonctions de la fédération internationale des droits de l’homme (FIDH) qui exige la clôture de l’instruction judiciaire avant le 28 septembre, cet organisme n’a pas vocation à réclamer un délai pour la clôture de l’instruction ». Il a fini par promettre que ce procès ce tiendra dans les meilleurs délais (d’ici fin 2017), sans pour autant préciser une date précise.

Sur les cas des ragaemans Eli Kamano et Takana Zion, placés sous contrôle judiciaire, pour cause de manifestations interdites, le garde de sceaux a fait savoir qu’il a instruit aux parquets de statuer sur ces questions à la prochaine rentrée judiciaire. Il a par ailleurs insité sur le fait que ni Takana Zion ni Elie Kamano n’était au dessus de la loi.

Concernant les cas de détention préventive prolongée et de justice populaire, Cheick Sacko s’est défendu en disant que les enquêtes sont ouvertes et les procédures judiciaires sont en cours.

La Rédaction, @LaPresseGN

SHARE