Baccalauréat 2017: « tout lauréat n’est pas forcement boursier » pour le Maroc

Sauf changement de date, le premier convoi des lauréats au Baccalauréat session 2017 quittera la capitale en fin de semaine. Ils seront au total, 90 toutes options confondues. A moins d’une semaine avant leur départ, la rédaction du site LaPresseGuinee.org a été contactée par une source bien introduite au sein de la Direction National des Bourses Extérieures. Notre informateur qui dit avoir été mis en garde à plusieurs reprises pour ces différentes dénonciations, parle de « magouille » dans la sélection des boursiers devant partir pour le royaume chérifien.

« Cette année, en tout il doit y avoir 90 boursiers pour le Maroc, repartit comme suit : profil sciences sociales 19, les sciences mathématiques 45, et les sciences expérimentales 26. Il ressort qu’une vingtaine de lauréats ont été écartés. Selon eux, ils sont déjà fait le Bac et certains sont à l’université et reviennent refaire le Bac en vue d’obtenir la bourse ».

A la question de savoir sur quels critères la DNBE, se base pour sélectionner les lauréats notre informateur répond, tout en rappelant que tout lauréat n’est pas forcement boursier. Le choix des boursiers n’est plus décidé par l’Etat Guinéen à travers la Direction Nationale des Bourses Extérieures mais par les Marocains. Un autre critère rentre en compte, celui des moyennes obtenues par chaque lauréat afin de déterminer les orientations dans les différentes universités marocaines.

Rappelons tout de même qu’en 2015-2016, le Maroc a renvoyé au pays plusieurs étudiants boursiers guinéens. Le royaume chérifien leur reprocherait un manque de niveau.

Mamadou Oury Diallo pour LaPresseGuinée

SHARE