Albert Damantang Camara: Non, la Guinée n’est pas vendue aux chinois

« Beaucoup de personnes qui spéculent sur cet accord de 20 milliards spéculent dans le vide » dixit Albert Damantang Camara METFPE

Albert Damantang Camara, Ministre Porte parole du Gouvernement.

Le Ministre, Porte parole du gouvernement Albert Damantang Camara vient à la rescousse du gouvernement.

Depuis la signature entre la République de Guinée et la Chine d’un accord de partenariat gagnant-gagnant de 20 milliards de Francs Guinéens, la capitale Conakry et les réseaux sociaux se sont enflammés. Les accusations porteraient sur une prétendu vente de la Guinée à la Chine. A cette occasion, nos confrères ont eu un entretien avec le porte parole du gouvernement qui traite ces allégations de « plaisanterie ».

D’entrée de jeu, Albert Damantang a regretté que « Beaucoup de personnes qui spéculent sur cet accord de 20 milliards spéculent dans le vide ».

Pour le Ministre de l’Enseignement Technique: « ce protocole d’accord est une entente, un cadre global qui va être défini étape par étape, année par année, projet par projet et fait l’objet à chaque fois de validation par toutes les instances qui sont chargées de faire valider ce type d’accord entre la Guinée et les autres Etats, notamment l’Assemblée Nationale.« 

A ce niveau, il faut le signaler que ce programme de troc ressources minières contre prêts et financements chinois, couvre la période 2017-2036 avec un rythme de décaissement d’un milliard de dollars par an, sur les vingt prochaines années. Si les contours de ces accords inquiètent les citoyens c’est aussi à cause de la dette que les générations futures devront certainement supporter.

A ce sujet, le Parole du Gouvernement se veut rassurant: « il n’y a pas lieu de s’émouvoir outre mesure pour quelque chose qui, de toute manière, a été conçue justement pour rassurer l’ensemble des acteurs. La signature entre les deux Etats qui se porte garant au profit d’acteurs privés, notamment les banques chinoises et les opérateurs chinois qui vont être sur le terrain, la limitation du flux physique d’argent.« 

Dans un soucis d’apaisement, Albert Damantang Camara ne manque de mots pour rendre accessible ces contours financiers , oh combien difficiles pour le citoyen guinéen lambda : « l’argent va transiter des banques chinoises jusqu’aux opérateurs directement, la présence de cabinets d’avocats pour entourer juridiquement les opérations, des bureaux d’études pour vérifier la réalité des marchés afin d’éviter les surfacturations qui sont elles même souvent les causes des détournements et la corruption et l’engagement à long terme à travers des projets ficelés. »

Toutefois, une précision importante reste à apporter « La seule somme à date qui est sûr d’être déboursée et qui fait l’objet d’accord ce sont les 1,4 milliards qui vont concerner la période 2017- 2018 sur le financement d’un axe routier Coyah-Mamou-Dabola, les voiries de Conakry, la construction de quatre universités. Pour le moment, l’accord se résume à cela. » Le Ministre dira par ailleurs que les discussions sont en cours.

Pour finir, Albert Damantang Camara envoie un pic contre les partisans de la préservation des richesses et défenseurs du développement durable: « Depuis notre indépendance on dit qu’on préserve nos ressources minières pour les générations futures. Je crois que nous, nous sommes les générations futures de ceux qui sont décédés en 1958, en 1984 ainsi de suite. A un moment donné il faut bien que nos ressources minières nous servent à quelque chose plutôt que de rester en jachère pour des grands groupes miniers ».

Voilà qui devrait alimenter encore les débats au sein de la population.

La Rédaction LaPresseGuinée

SHARE