Affaire Libye-Sarkozy : l’enquête de « Cash » va être « versée au dossier »

C’est une information qui ne risque pas de plaire à l’ancien Président Français Nicholas Sarkozy. L’enquête de Cash Investigation, diffusée sur France 2 le mardi 22 mai, va être versée au dossier judiciaire concernant les soupçons d’un financement libyen de la campagne présidentielle du candidat à la Présidentielle de 2007, a révèlé Élise Lucet la présentatrice de l’émission d’enquête.

« Dès le lendemain de la diffusion de l’émission », souligne la présentatrice, « il y a eu deux réquisitions judiciaires. Cela veut dire que le juge Tournaire et d’autres juges qui sont chargés de l’affaire, se sont saisis des DVD de Cash Investigation. Ils vont être versés au dossier en tant que pièce à conviction ».

Pourquoi l’émission sera versée au dossier d’enquête?

La raison, les nombreuses interviews de témoins clés que la justice française n’a pas encore pu interroger. « Nicolas Vescovacci, qui est un excellent journaliste a réussi à interviewer en Tunisie et en Libye (…) des témoins que les juges n’ont pas encore entendus, judiciairement parlant », détaille Élise Lucet.

« Des choses qui sont très intéressantes pour les juges »

« Il y a dans les interviews qui sont dans l’émission, des choses qui sont très intéressantes pour les juges. Béchir Salah qui est l’ancien directeur de cabinet du colonel Kadhafi, que Nicolas (Vescovacci) est allé interviewer en Afrique du Sud, les juges n’ont pas encore réussi à l’interroger », poursuit Élise Lucet.

« Moftah Missouri, qui est l’ancien interprète du colonel Kadhafi, ils n’ont pas réussi à l’interroger. Taher Daesh, qui s’occupait de la sécurité et du protocole, au côté du colonel Kadhafi, il n’a pas encore été interrogé par les juges. Or tous ces gens-là témoignent dans notre émission. Donc ça intéresse évidemment la justice », termine la journaliste de France 2.

Au terme de 25 heures de garde à vue Nicolas Sarkozy a été mis en examen dans ce dossier, le 21 mars dernier. Les enquêteurs veulent établir la vérité après des accusations formulées par l’intermédiaire Ziad Takieddine et d’ex-dignitaires libyens sur un financement de la campagne présidentielle de 2007 par des fonds libyens. Mardi 29 mai, l’ancien ministre Éric Woerth, qui était le trésorier du candidat de l’UMP, a également été mis en examen, a annoncé son avocat.

LaPresseGuinée.Org

SHARE