Passation Kassory-Youla: Sekou Kissi Camara, valide une violation de la constitution

Ce jeudi 24 mai 2018 à conakry, Sekou Kissi Camara, procédait à la prise de fonction de Ibrahima Kassory Fofana au poste de Premier Ministre Chef du Gouvernement après la fusion de son parti politique Guinée Pour Tous (GPT) avec le parti au pouvoir RPG Arc-En-Ciel.

Seulement, contrairement aux prescription de la constitution en son article 36 stipulant que : »… Les Ministres avant leur entrée en fonction et à la fin de celle-ci déposent à la Cour Constitutionnelle la déclaration sur l’honneur de leurs biens. La déclaration initiale et celle de la fin de mandat ou des fonctions sont publiées dans le Journal Officiel de la République. »

Lire aussi : Guinée : Les couacs de la passation entre Kassory Fofana et Mamady Youla

Pourtant, le nouveau Premier Ministre s’est engagé solennellement dans son discours de passation de service à opter pour l’approche de « tolérance zéro contre la corruption » sans pour autant avoir déclaré ses biens.

Cette erreur ou violation flagrante de la constitution est imputable a l’absence de rigueur du Secrétaire Général du Gouvernement qui devait demander ce document avant de procéder à la passation de service.

D’ailleurs, souligne Guineenews sur ce même sujet « si le président de la République a un délai de 48 heures après son investiture pour faire la déclaration de ses biens, la constitution oblige tous les ministres (premier ministre y compris) à faire leurs déclarations avant la passation de services ». Mais alors, comment un Premier Ministre qui s’est engagé à lutter contre la corruption peut valablement le faire s’il n’apporte aucune information sur ses biens de façon transparente.

Mais plus loin renchérie aussi nos collègues, Kassory est moins mis en cause car il est de la responsabilité du Secrétaire général du Gouvernement de rappeler au Premier Ministre entrant ses obligations de déclaration des biens. Seulement, il s’est contenté d’introduire le Premier Ministre entrant et celui sortant.

Malgré cette violation, il est encore possible pour le Secrétaire Général du Gouvernement et le nouveau Premier Ministre de corriger la faute et être en conformité avec la constitution.

LaPresseGuinée.Org

SHARE