Finances: Quatorze pays africains discutent transparence budgétaire à Conakry


Comment les ministères des finances et budget africains peuvent-ils renforcer la transparence et la redevabilité en matière de gestion des finances publiques ? La question est au cœur d’un atelier tenu par le gouvernement guinéen avec l’appui de l’Initiative africaine concertée sur la réforme budgétaire (CABRI), a-t-on constaté.

Durant deux jours à compter de ce jeudi, 22 février 2018, les participants examineront l’état actuel de la transparence budgétaire dans leurs pays respectifs. Aussi, ils apporteront des réflexions sur les rôles des différents acteurs de l’écosystème de recevabilité et identifieront les opportunités pour les ministères des finances de permettre une plus grande participation au processus budgétaire, afin d’améliorer la responsabilisation.

Autour du thème ‘’Vers plus de transparence, participation et redevabilité en Afrique’’, les experts en analyse de transparence budgétaire, les cadres de l’administration publique guinéenne, les représentants d’institutions financières ainsi que la société civile du Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Comores, Côte d’Ivoire, Madagascar, Mali, Sénégal, République Démocratique du Congo, Libéria et Kenya, soit 14 pays africains, procéderont à un échange intense sur les expériences relatives à la transparence budgétaire et la participation publique. Avec des présentations d’études de cas, de groupes de discussion spécialisés en sessions d’apprentissage entre pairs, tout en prenant en compte l’opinion des usagers d’informations budgétaires de la société civile.

Là-dessus, le ministre du Budget, Mohamed Lamine Doumbouya s’est permis de citer quelques exemples de l’engagement guinéen dans cette optique de transparence. Il s’agit entre autres de : « la Guinée est membre de l’Initiative pour la transparence de l’industrie extractive (ITIE). Ce qui implique les communautés locales dans la gestion systématique et transparente de nos ressources minières. Membre de l’initiative pour la transparence dans le domaine de la pêche (FiTI). Une initiative basée sur la transparence et la participation pour une gestion durable des ressources halieutiques. Membre de l’alliance Smart car nous voulons nous servir des TIC pour accélérer la transformation socioéconomique nationale, conformément à notre Programme national de développement économique et social. Notre défi est de faire adhérer effectivement la Guinée au partenariat pour un Gouvernement Ouvert en 2018. Pour ce faire, nous envisageons renforcer l’ouverture des données publiques, la responsabilité et la redevabilité en matière des gestions de finances publiques. Ainsi que la participation de nos concitoyens à l’élaboration et à l’évaluation des politiques publiques », explique-t-il.

Mme Joana Bento, Spécialiste en Transparence budgétaire et membre CABRI, précise que : « cette rencontre vise à faire avancer les réformes dans la transparence publique de façon à améliorer la participation et la redevabilité aux citoyens ».

A travers ces échanges, les Etats africains participants attendent renforcer la redevabilité en matière de gestion des finances publiques et amener les gouvernements, à mieux comprendre les priorités de la population.

la rédaction de LaPresseGuinée

SHARE