L’art gouverne ou le gang des artistes contre la mauvaise gouvernance en Guinée


Malgré l’existence d’une loi contre la corruption, la Guinée reste encore l’un des pays du monde les plus touchés par le phénomène avec plus de 500 milliard de perte estimé par an en 2016. Si l’application de cette loi peine à donner ses fruits, la société civile et principalement les artistes  s’emparent de la problématique pour pousser le gouvernement à se lancer dans le combat.

Lire aussi: Droit des personnes handicapées : Qu’en est-il en Guinée ?

Le projet est supporté par l’association artistique « la Muse » et soutenue par la Fondation OSIWA. L’initiative consiste à motiver l’engagement citoyen des artistes dans la résolution des problématiques du moment. ces artistes sont venus de l’Institut Supérieur des Arts de Guinée ISAG de Dubréka. Après des mois de travaux en résidence artistique, ils sortent de là avec des travaux qui choquent, dénoncent et mettent à nues certaines pratiques dans nos sociétés.

C’est de l’Art !

De la musique à au cinéma en passant par les beaux arts, jusqu’au théâtre, l’association dirigée par le dramaturge et auteur Bilia Bah a outiller les artistes étudiants sur les notions de bonne gouvernance et de justice sociale pour les amener à créer les support cité ci-dessus.

Si la démarche reste un moins efficace pour attirer l’attention du pouvoir public sur la perception de la société sur les agissements, il n’en demeure pas moins que les effets de cette initiative peine à trouver du répondant.

Lire aussi: Culture: Disparition de l’artiste Fatou Linsan Barry ce vendredi

Pour enfoncer le clou, « La Muse » a décidé d’organiser un débat citoyen autour des oeuvres des artistes le Samedi 17 février 2018 à la Brasserie des Arts du Centre Culturel Franco-Guinéen.

Hassane Hilal Sylla pour LaPresseGuinée

SHARE