Élections locales : vice de forme dans le décret du Chef de l’Etat invitant le corps électoral guinéen le 4 février

Élections locales : vice de forme dans le décret du Chef de l’Etat invitant le corps électoral guinéen le 4 février


Dans un communiqué lu sur les antennes de la télévision national hier, le Chef de l’Etat, Alpha Condé a invité le corps électoral guinéen le 04 février 2018 de 7h à 18h (GMT) aux urnes pour élections locales.

Sont concernés par ces élections longtemps reportées depuis 2010, et remplacées par des délégations spéciales en 2015, 342 communes repartis sur l’ensemble du territoire de la Guinée.

Depuis le 16 novembre dernier, la Commission Électorale Nationale Indépendante CENI s’est dit prête technique et s’active sur le terrain, pour non seulement revoir la cartographie des bureaux de vote, remobiliser ses démembrements à la base et faire les derniers réglages.

Si cet décret dénote la bonne foie du Président de la République dans l’organisation des élections locales, il ne respect pas l’article 62 de la Loi organique 0039 portant nouvelle loi électorale.

C’est du moins la réaction du juriste Mohamed Camara qui rappelle que cette disposition de la loi prévoit la publication du décret de convocation aux urnes « 60 jours avant le jour du scrutin et non 61 jours avant ». Hors, à la lecture du décret hier lundi sur les antennes de la télévision nationale on n’est plus dans délais des 60 jours mais plutôt de 61 jours.

Mohamed Camara souligne par ailleurs que dans le soucis du respect de la constitution c’est ce Mardi 5 décembre que le décret devrait être rediffusé.

Il pour fini interpellé l’entourage du Chef de l’Etat en ces termes: « les techniciens doivent bien faire la veille juridique avant de soumettre des projets de décrets. Vivement le respect de la loi afin d’éviter des contentieux électoraux en cascades pour des élections communales à enjeux capitaux. »

La Rédaction de LaPresseGuinée

SHARE