Amadou Tham Camara, Chef de Bureau Guineenews Conakry ‘’ Nous demandons aux autorités de retenir la date du 27 octobre comme étant la journée de la presse nationale en ligne …’’


A quelques jours de la célébration du 20ème anniversaire du premier site web d’informations en Guinée, notre rédaction est allée à la rencontre des responsables de ce médium pour comprendre son parcours. Amadou Tham Camara est le responsable du Bureau à Conakry et gère en tandem avec Bouba Kaba Bah (le Fondateur) et Youssouf Boundou Sylla (Coordinateur général). Guinéenews est aujourd’hui le site d’informations le plus visité et disposant de plus de correspondants à Conakry, à l’intérieur du pays et également à l’international.

Lapresseguinee.org :  Après vingt ans et à quelques jours de cette célébration, dites-nous comment vous en êtes arrivé là ?

Tham Camara :C’est d’abord la joie. Et rendre grâce à dieu de nous avoir donné l’occasion et l’opportunité de vivre toutes ses années dans la bonne santé pour continuer à rendre service à nos lecteurs. Vingt ans c’est pas vingt jours, c’est vrai, le site a commencé très petit sans publicité. Les journalistes ainsi que les membres de cette entreprise de presse étaient que des bénévoles. Je vous parle de 1997. A l’époque, l’internet était à ses débuts et l’information en ligne était un segment qui n’était pas du tout connu en Guinée. Pendant ce temps, personne ne croyait à ce marché à plus forte raison investir dans ce domaine. En un mot, c’était un désert, un défi mais en même temps une aventure à laquelle nous avons cru. C’est à force de persévérer que sept ans après, les premiers marchés de publicité ont commencé à venir. Je ne vous dis pas combien de fois ces sept premières années ont été difficiles pour nous afin de tenir la boite et continuer d’informer en temps réel. Mais comme on dit, le résultat est là aujourd’hui, grâce à dieu. Quoique nous ne soyons pas une entreprise florissante mais nous arrivons à supporter toutes les charges et surtout nous n’avons pas besoin de faire des prêts pour pouvoir boucler les fins de mois et payer nos travailleurs. Et cela est notre plus grande satisfaction après toutes ces années.

Lapresseguinee.org : De 1997 à 2017, il y a 20 ans et c’est presque deux générations avec des modes de vie et de travail différents. La pratique du journalisme a d’ailleurs connu des évolutions. Comment Guineenews est parvenu à garder le cap ?

Tham Camara : Vous savez Guineenews est venu répondre à un besoin. Et ce besoin c’était d’informer les Guinéens à travers le monde de ce qui se passait en Guinée mais aussi de ce qui se passait à l’étranger les concernant. En 1997, souvenez-vous, la RTG n’était pas sur satellite, les journaux ne se distribuaient pas à l’étranger malgré leur existence sur le plan local. Dans ce contexte, le guinéen de la diaspora n’avait aucun moyen de s’informer sur leur pays. C’est dans ce contexte qu’est né le site avec pour mission d’amener l’information auprès de la diaspora guinéenne. Le besoin étant là, il fallait tout faire pour combler ce vide par le biais de l’internet qui, dans ces temps n’existait que dans les cyber-café. Voilà donc la naissance du site par l’idée de Bouba qui l’avait d’ailleurs nommé Boubah.com. Il faut aussi dire que l’accompagnement pour l’expansion du site ne s’est pas fait attendre. Tous les jeunes et autres intellectuelles de la diaspora lui ont prêté main forte pour alimenter le média.

Lapresseguinee.org : De Boubah.com à Guinéenews.org, comment s’est opéré ce changement de nom de domaine ?

Tham Camara : Au début, c’était le nom du fondateur et cela n’a pas duré. Au bout de 2 ans et demi, on a compris que cela ne pouvait pas continuer. Parce que ça dépassait même le fondateur. Il fallait donc avoir un nom beaucoup plus guinéen. D’où l’appellation de ‘’Guineenews’’ qui sait imposer par la force des choses. Mais j’avoue que Bouba a eu une formidable idée parce qu’il faut savoir que c’est l’un des tout premiers sites en Afrique noire. La Guinée a eu ce site avant la Côte d’Ivoire ou encore le Mali. Donc si la Guinée est vraiment avant-gardiste dans un domaine, c’est bien celui de la presse en ligne. Guineenews fait partie des premiers sites d’informations en Afrique. La Guinée est vraiment précurseur dans ce domaine.

Lapresseguinee.org : Guineenews a commencé à l’extérieur par une soif d’informations de la diaspora. Guineenews c’est également une communauté de bénévoles qui ont contribué à son perfectionnement. Aujourd’hui, le site a grandi et a des correspondants un peu partout à l’intérieur du pays ainsi qu’à l’étranger. Comment arrivez-vous à gérer toute cette communauté de journalistes ?

Tham Camara : Encore que ça va de nos jours. Dans un passé récent, le taux de pénétration de l’internet était tel que, il était beaucoup plus difficile. Aujourd’hui, il faut se réjouir parce que partout en Guinée, nous avons la 3G. Cela facilite le travail aux journalistes. Avant l’arrivée de la 3G, on était obligé de travailler avec les correspondants de l’intérieur du pays par téléphone. De nos jours, ils disposent tous d’ordinateurs, de clés internet et des appareils photos. Ils ont la possibilité de saisir leurs textes partout où ils sont et de nous les envoyer à Conakry via le mail. On a tous profités de certaine avancée technologique. Rien qu’en 2005, il n’y avait pas d’internet mobile en Guinée. Pour pouvoir écrire les dépêches, on était tous obligés d’aller dans les cyber-cafés qui étaient les seuls à disposer de connexion internet. C’est à partir de 2009 que le net mobile a commencé et cela nous facilitait la tâche d’informer en temps réel.

Lapresseguinee.org : Pouvez-vous nous faire une évaluation du personnel de Guineenews aussi bien à Conakry qu’ailleurs dans le monde ?

Tham Camara : Nous sommes au total, 65 journalistes. A Conakry, nous sommes au nombre de 18. A l’intérieur du pays, ce sont 25 journalistes et le reste se trouve dans d’autres pays d’Afrique, d’Europe et ailleurs.

Lapresseguinee.org : Parlons maintenant de l’événement qui profile à l’horizon. C’est-à-dire, la célébration de vos 20 ans d’existence. A quoi peut-on s’attendre ? Y aurait-il de la nouveauté pour les lecteurs ?

Tham Camara : D’abord, nous avons estimés qu’il fallait marquer le coup vu que la Guinée est précurseur dans ce domaine de la presse en ligne. C’est pourquoi, nous avons invités pour l’occasion le fondateur de Seneweb, de Maliweb et également Edwy Plener, le fondateur du site français Mediapart. Ils seront tous présents pour les festivités du 20ème anniversaire qui auront lieu sur deux jours, les 27 et 28 octobre 2017. Il aura un symposium à l’hôtel Noom, le 27 octobre et le lendemain est prévu une table ronde à l’Université de Sonfonia. Le thème retenu est ‘’ Presse en ligne et démocratie ‘’ et il sera animé par les fondateurs de Mediapart, Maliweb, Seneweb et de Guineenews ainsi que le ministre de l’Unité nationale et de la Citoyenneté, Kalifa Gassama Diaby. A cette occasion, nous allons convier les journalistes et les étudiants en journalisme de différents établissements universitaires. Nous mettrons également l’occasion à profit pour demander aux autorités de retenir la date du 27 octobre comme étant la journée de la presse nationale en ligne. Cela nous permettra de nous réunir chaque année en ce jour pour discuter des problèmes spécifiques qui assaillent ce domaine. Cela ira au délà de Guineenews et concernera tous les entreprises évoluant dans la presse en ligne.

Par rapport à l’avenir de Guineenews, il a des projets mais je me garde d’abord de tout déballer. Il y a des surprises à l’avenir. Pour le moment, nous sommes sur des études qui nous permettra de mieux nous orienter.

Lapresseguinee.org : Nous vous souhaitons une très bonne fête !

Tham Camara : Je vous remercie.

Propos recueillis par Hassane Hilal Sylla

Pour LaPresseGuinee

SHARE