Elections Communales en Guinée: Quels sont les contraintes et défis ?

Atelier de planification CENI
Atelier de planification CENI

Les travaux au compte de l’atelier de planification des opérations électorales en prélude aux élections communales ont été ouverts ce samedi 23 septembre au GHI-novotel de Conakry par le Ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, Bouréma Condé.

A cette rencontre, plusieurs représentants des partis politiques (Mouvance et opposition) prennent part à ses travaux dont l’objectif est d’évaluer la faisabilité de l’organisation des élections communales conformément aux contraintes et défis. En fonction de ces défis et contraintes, ils devront aussi proposer des pistes de solution pour palier à ces difficultés.

Pour comprendre l’enjeux, il faut noter que pour la première fois depuis sa mise en place la CENI va gérer plus de 340 circonscription électorales avec une disparité sans précédent du point de vue du nombre de candidats, du types de bulletin et du nombre de quartier.

Pour comprendre les réalités liées à l’organisation de ces élections communales voici les contraintes et défis dont sont confrontés la commission électorale nationale indépendante:

  1. Sur le plan de logistique : A ce niveau, les contraintes résident dans la gestion de ces activités logistiques avec un personnel disproportionné de 15 membres de Commissions Électorales Préfectorales Indépendante (CEPI) et 6 Commissions Électorales Sous-Préfectorales Indépendante (CESPI). Une question se pose alors, c’est l’équipement de ceux-ci en outils informatique et la maîtrise du matériel.
  2. Sur le plan de la Sécurisation du processus: A ce niveau,  les enjeux concernent l’observation des mesures ou normes de sécurité, la mise en place d’un système d’alerte précoces et un mécanisme de surveillance et de contrôle périodique. Les contraintes résident donc dans l’acquisition des moyens roulants pour faciliter la fluidité des agents entre les 340 circonscriptions électorales.
  3. Sur le plan juridique : Il faut souligner qu’avec l’adoption par l’Assemblée Nationale et la promulgation par le Président de la république des dispositions de la loi organique n° 0039/2017/AN du 24 février 2017, portant code électoral révisé de la République de Guinée et celle ordinaire n°0040/2017/AN du 26 mai 2017, portant code des collectivités locales ce sont là des défis majeures qui ont été levés sur le plan juridique. Toutefois, des zones de contraintes demeurent encore et sont de deux ordres: la création et la mise en place des Commissions Administratives de Centralisation de Votes (CACV), d’une part, et la gestion des candidatures indépendantes à travers les listes conçues à cet effet et la mise en place incidente des conseils de quartiers et de Districts, d’autre part. Par ailleurs, il y a un déficits de magistrats pour couvrir  les 343 communes urbaines et rurales de la Guinée.

A bout des trois jours de discussions et d’échanges, ces représentants de CESPI, CECI, Société Civile, Partis Politiques et partenaires devront se pencher sur ces défis et contraintes pour faire une projection de solution en vue de la tenue des élections communales en République de Guinée.

Hassane Hilal SYLLA

pour LaPresseGuinée

SHARE