New-York: Ce que Alpha Condé a dit aux Nations Unies

" L’Afrique ne doit plus rester en marge des décisions qui la concerne " dixit Alpha Condé.

Le Président de la République de Guinée, Président en exercice de l’Union Africaine, Alpha Condé a tenu son discours ce mardi à la tribune des Nations Unies au compte de la 72ème Assemblée Générale devant 193 Etats membres de l’institution.  Placée autour du thème : « Priorité à l’être humain : paix et vie décente pour tous sur une planète préservée » le discours du Chef de l’Etat guinéen était un plaidoyer pour l’Afrique, le climat, le problème palestinien mais aussi la crise nord-coréenne.

Sur l’Afrique   

Le Président en exercice de l’Union Africaine a dit qu’elle « décide de prendre son destin en main avec la ferme détermination d’être l’acteur principal de son développement. » Dans un langage franc comme d’habitude mais aussi diplomatique, il a tout de même reconnu que cette « tâche ne sera aisé » mais qu’il restait confiant aux « potentialités et atouts nécessaire pour hisser le continent au rang des plus grands. »

Poursuivant son allocution devant l’assemblée, Alpha Condé a par ailleurs fait allusion aux flux massifs de réfugiés ainsi que les migrations. A ce sujet, il a demandé aux dirigeants du monde particulièrement les grandes puissances de ne plus « appréhendée » les priorités de l’Afrique par « empathie, mais plutôt par pragmatisme car il n’y a plus de destin isolé dans ce monde. »

Prenant appui sur les prévisions de la banque mondiale en matière de croissance, le Président de Guinée n’a pas rater cette occasion pour vanter les potentialités de son continent qui selon lui « a été le continent le plus dynamique au cours de cette dernière décennie. »

Sur la jeunesse africaine malgré qu’elle constitue de nos jours un fléau d’immigration, il dira que l’Union Africaine à travers ses dirigeants l’on « appréhendée avec vigueur » et a « décidé » de la « consacrer le thème de l’année 2017… et de proclamer la période 2018-2017, Décennie africaine pour la formation et l’emploi des jeunes dans les domaines techniques, professionnels et entrepreneurials ». Et il a appelé la communauté internationale à soutenir cette initiative qui selon lui devrait permettre de créer des emplois et d’assurer le bien-être des populations africaines.

Au sujet des poches de conflit notamment en Lybie, en République Centrafricaine, en République Démocratique du Congo ou encore le Burundi, le Président de l’Union Africaine rappellera aux grandes puissances que « l’Afrique a décidé de se prendre en charge et de parler d’une désormais d’une voix pour trouver des solutions pérennes à ses problèmes »

Un moment fort qui restera très certainement dans les annales de l’histoire, c’est cette phrase du ‘’panafricaniste’’ Alpha Condé : « L’Afrique ne doit plus rester en marge des décisions qui la concerne ».

Sur les reformes au sein des Nations Unies

Devant cette auguste assemblée, le Chef de l’Etat guinéen, Alpha Condé a mis le pied dans le plat en critiquant comme à son habitude le Conseil de sécurité des Nations Unies qui selon lui « reflète plus les réalités actuelles » en raison de l’absence de l’Afrique dont 70% des questions débattues la concernent. Il a par conséquent exigé « l’élargissement du conseil de sécurité dans les deux catégories de membres dont deux siège non permanents pour l’Afrique, choisis par l’Union Africaine. »

Concernant les dossiers internationaux  

Le patron de la Guinée a tout d’abord réitéré le « soutien » de l’Union Africaine « au peuple martyr palestinien dans sa lutte légitime pour la réaffirmation dans son droit inaliénable à l’indépendance ». Martelant par la suite que la « solution viable et durable au conflit israélo-palestinien passe nécessairement par la création de deux Etats vivant côte à côte, en toutes sécurité dans les frontières sûres et internationaux reconnues, sur la base de celles d’avant 1967. »

Alpha Condé n’a pas aussi occulté la question nord-coréenne. Il dira toute la préoccupation de l’institution africaine dans la péninsule avant d’appeler « toutes les parties à la retenue ».

Sur la question climatique

Le Président de « l’Initiative pour les énergies renouvelable » en Afrique a demandé aux dirigeants du monde de construire « une mondialisation plus humaine et plus positive » et de rendre « notre planête plus sûre » et préserver.

Le Président guinéen a terminé son discours en lançant un appel à la communauté internationale pour une assistance à la Sierra Léone, affectée par l’une des pires catastrophes naturelles de son histoires.

Hassane Hilal Sylla

Pour LaPresseGuinée

SHARE