Gaoual : Comment une femme a perdu la vie à l’accouchement ?

Les jeunes de la Commune Urbaine dans la rue pour manifester contre « des pratiques à l’Hôpital préfectoral »

gaoual-hopital-prefectoral
gaoual-hopital-prefectoral

A l’hopital préfectoral de Gaoual, Fatou (nom que nous avons donné à la victime dans le cadre de cette enquête par respect pour sa mémoire et son identité) en grossesse de six (6) mois a perdu la vie après une intervention chirurgicale a-t-on appris de notre correspondant sur place.

Pour plus de détails, notre rédaction a mené son enquête pour situer les responsabilités à Gaoual.

Selon les explications de la famille notamment son représentant Mamadi Doumbouya, l’incident serait survenu dans la nuit du dimanche à lundi aux environs de 2 heures du matin. Après d’intenses douleurs pendant la nuit, la victime a été transportée à l’hôpital préfectoral pour des soins d’urgences. Arrivée sur les lieux, nous explique-t-on, la victime serait restée jusqu’à 10h sans qu’aucun médecin ne vienne la consulter. Il semblerait que c’est seulement après le staff du personnel médical que la défunte qui était à son septième geste fut consultée et opérée.

Lire aussi: Boké-Kamsar : rentrée des classes retardées

Selon Mamadi Doumbouya, la consultation et l’opération tardive de Fatou est à l’origine du décès de sa parente.

Du côté du personnel médical de l’hôpital préfectoral de Gaoual, c’est le silence. Nous avons tenté de joindre le Directeur de l’hôpital, Dr Diakamadi Cissé qui, selon notre correspondant était à la Mecque pendant les faits. Par ailleurs, le Chef-chirurgien, Dr Alsény Diallo qui a effectué l’opération n’est plus joignable depuis que le décès a eu lieu. Quant au Directeur préfectoral de la Santé de Gaoual, Dr Koureissi Sock aurait également opté pour le motus « silence radio ».

Poursuivant notre enquête, nous avons tenté de joindre par téléphone le Directeur Régional de la Santé de Gaoual, Dr Djoué Diallo qui nous a confié ceci : « c’est une situation triste à laquelle nous avons assistés. Aussitôt informé, j’ai dépêché une équipe sur les lieux le lendemain pour une enquête approfondie. Et selon notre équipe, la victime est arrivée à l’hôpital tardivement et complètement anémiée. »

A la question de savoir si selon lui cette tragédie est survenue en raison de l’arrivée tardive de la femme et de son anémie, le DRS nous répond : « Vous savez, chaque mois, nous effectuons un audit des décès maternels dans tous les hôpitaux de ma juridiction. Notre constat nous a révélé qu’il y a deux raisons : le retard de la femme au sein de la communauté qui se substitue aux hôpitaux et le manque d’argent pour assurer le transport des femmes vers les centres de santé. Face à ce dernier cas, j’ai donné des instructions pour que les femmes soient transportées à partir des ambulances. Mais hélas très souvent, nous sommes informés qu’au dernier moment. »

Lire aussi: Koubia : Un désert de justice depuis 10 ans

Sur les lieux, la situation a dégénérée. Les parents de la victime et les jeunes de la localité ont organisé une manifestation de protestation contre ce décès. Estimant que les agents de cette structure de santé ne se sont pas bien occupés de la femme, les jeunes munis de pancartes et de banderoles sont descendus dans la rue pour exprimer leur colère.

Selon une source proche du dossier, les manifestants ont défilé dans la discipline à la devanture du Bloc administratif de la préfecture jusqu’à la Résidence du premier responsable de la localité. Bien que l’acte ait eu lieu dans la nuit du lundi, les jeunes ont attendu la matinée de ce mardi pour exprimer leur ras-le-bol.

Aux dernières nouvelles, les autorités locales et sanitaires de Gaoual sont à pied d’œuvre pour amener la jeunesse à la raison.

Moussa Keita et Hassane Hilal Sylla

Pour LaPresseGuinée

SHARE