Education: Les parents d’élèves boudent les fournitures du Ministère

Depuis l'annonce des reformes de l'éducation DPE, DCE et Directeurs des écoles publiques sont à pied d'œuvre pour la réussite de cette rentrée scolaire difficile pour les différents parents d'élèves. Malgré la présence dans les écoles des fournitures scolaires pour aider les parents à mieux faire à cette rentrée, nos reporters ont constaté un manque de fréquentation de ces lieux.

Des salles de classe en revue, des enceintes d’écoles en phase d’assainissement, c’est l’image que présente actuellement la plupart des écoles publiques. Dans le lycée Kountia, directeur et personnel travaillent sur l’accueil des élèves.

« Cette année, nous vendons les tenues scolaires à 10.000 gnf le mètre, un prix moins élevé qu’au marché (20.000gnf). C’est vrai que cette année il y a des innovations qui auront des avantages et inconvénients mais les bonnes retombées se verront sur la formation des enfants » affirme le directeur du lycée Niakoy Haba.

Pour pousser les parents à venir inscrire tôt les enfants les autorités scolaires ont  » sensibilisé dans les mosquées, les églises et au niveau des chefs de quartier  » afin d’attirer l’attention des parents sur la nécessité d’une ouverture en septembre. Malgré l’annonce d’un nouveau mot d’ordre de la direction préfectorale de l’éducation  » travail, rigueur et booster l’éducation guinéenne » les quelques rares parents d’élèves ne viennent que pour les renseignements à deux jours de la rentrée scolaire.

A l’écoute des explications du directeur certains manifestent cette retenue par « la cherté des fournitures scolaire au marché, nonobstant la vente à bas prix de certains articles scolaires dans le public » déclare Djènè Kaba parents de trois enfants

Par-contre d’autres apprécient le rapprochement de la rentrée. Toutefois, ils accusent la cherté de la vie mais aussi la presque coïncidence de la fête de tabaski à l’ouverture des classes.

Côté personnel enseignant, l’octroi d’articles scolaire a été promis au corps professoral afin de remédier aux problèmes de préparation. Cette année encore, les écoles « publique sont confrontés à la pléthore des classes » qui les poussent à scinder la classe en deux groupes pédagogiques, pour des cours du matin et du soir. Selon M.niakoy Haba.

Ainsi cette nouvelle rentrée scolaire s’annonce avec des couleurs bien propre à elle.

Kadiata THIAM pour LaPresseGuinée

SHARE