Rentrée des classes en Guinée : Parents, Enseignants et Autorités à pieds d’œuvre

Le 15 septembre sera t-il tenue par Ministère de l'Enseignement Pré-Universitaire pour la rentrée scolaire 2017?

Après avoir passé deux mois et quelques jours de vacances, les établissements scolaires guinéens vont officiellement ouvrir leurs portes le 15 septembre 2017 pour la première fois depuis très longtemps. Des fournitures aux frais scolaires, les déboires des parents d’élèves, enseignants, autorités et commerçants s’accentuent à quelques jours de la rentrée des classes en Guinée.

L’annonce a été faite par le Ministre en charge de l’Enseignement Pré-Universitaire et de l’Alphabétisation, Ibrahima Kalil Konaté sur les antennes de la télévision nationale. Après une consultation avec les parents d’élèves et enseignants aussi bien à conakry qu’à l’intérieur du pays, l’ouverture des classes n’est plus qu’à trois (3) des portes de tous.

Cette nouvelle session scolaire arrive au moment où le panier de la ménagère est fouetté par la hausse des prix. Une situation ambiguë dû entre autre au passage de la Tabaski.

Au grand marché de Madina, l’ambiance est morose chez les commerçants étalagistes ou ambulants. Les jeunes femmes déambulant avec à la main des kits scolaires comme Fatoumata Bangoura sont devenues de simples observatrices des articles « Les années passées, on recevait beaucoup de clientèles. Mais cette année, nous pouvons passer toute une journée sans obtenir même 3 clients ».

Au milieu de la tourmente liée à l’ouverture des classes précédées de la fête de Tabaski, Mariame Keïta acheteuse ne mâche ses pas ses mots et explique ses difficultés face à cette ouverture des classes anticipées et mal préparée en ces termes : « Je suis venue pour acheter les fournitures scolaires de mes deux enfants. En réalité, j’en possède quatre mais par manque de moyens, je ne pourrai acheter que pour deux. C’est la triste réalité ».

Dans les écoles, c’est le branle-bas. Rien à changer. Même pas une couche de peinture n’est passée sur les murs à fortiori les nouveaux tables-bancs. Le lycée Yimbaya, l’un des plus grands lycées du pays, présente le même visage après le passage des pluies. Même constat au lycée du 2 octobre à Kaloum qui ne semble pas pourtant être à quelques microns du Département de l’Enseignement Pré-Universitaire.

Face à cette situation, le Ministre Ibrahima Kalil Konaté a convoqué tous les responsables d’école du public et du privé pour une réunion d’urgence avant l’ouverture des classes.

 Aboubacar Arafan Camara pour LaPresseGuinee   

SHARE