Environnement : 250 millions de réfugiés climatiques d’ici 2050

Les ouragans, les sécheresses ou encore les inondations se multiplient aux quatre coins de la planète en raison du dérèglement climatique. Chaque année, 25 millions de personnes sont contraintes de migrer.

Inondation au carrefour Chinois à la Minière.
Inondation au carrefour Chinois à la Minière.

Les catastrophes naturelles se multiplient. Depuis 4 jours, l’ouragan Irma ravage les Antilles, il y a un mois, c’était Harvey qui frappait les États-Unis et en 2015, la tempête Matthew avait détruit Haïti. Ces phénomènes poussent chaque année de plus en plus de personnes à quitter leur lieu de vie.

D’ici 2050, on estime qu’il pourrait y avoir jusqu’à 250 millions de réfugiés climatiques.

Des phénomènes de plus en plus violents!

Ces réfugiés climatiques fuient trois grandes régions : l’Afrique subsaharienne, qui connaît de nombreuses sécheresses, l’Asie du Sud-Est, souvent frappée par les typhons, et les petits États insulaires menacés par la montée des eaux. Et ces phénomènes vont s’intensifier selon les climatologues : « On s’attend à ce que nos cyclones et nos orages fournissent plus d’eau et causent beaucoup plus de dégâts », explique les spécialistes. Chaque année, 26 millions de personnes basculent dans la pauvreté après des événements climatiques.

La rédaction LaPresseGuinée

SHARE