Conakry : Petit-Tonton, le héros Guinéen des jeux de la francophonie

Moussa Doumbouyah Petit Tonton LaPresseGuinée
Moussa Doumbouyah Petit Tonton

Jeune comédien et conteur Guinéen, Moussa Doumabouya alias Petit-Tonton a été récemment médaillé d’argent lors des derniers Jeux de la Francophonie à Abidjan. Du haut de ses années d’expériences, Moussa Doumbouya est aujourd’hui un modèle de réussite de jeune guinéen. Il a foulé les scènes de plusieurs théâtres d’Afrique et d’Europe. Pour connaître l’homme, son parcours et savoir plus de détails sur sa participation aux VIIIèmes Jeux de la Francophonie, votre site web d’investigation LaPresseGuinée l’a rencontré au siège du studio « Kirah ». Lisez plutôt !

LaPresseGuinée : Parlez-nous de vos débuts dans le théâtre ?

Petit Tonton : Au début, je faisais des sketchs et théâtres pour mon école pendant les fêtes de fin d’année et autres évènements de réjouissance. C’est lors d’une de ces représentations en 2003 que la compagnie « Les Sardines de Conakry » m’a invité à travailler dans une de leur création. Le Directeur de la compagnie à l’époque, Sékou Yalani Keita m’a tout de suite accueilli sur la formation et création de la pièce de théatre « Le wourokouto » ou ‘’Le duel au fouet’’ de l’auteur et ancien ministre Lamine Kamara.

LaPresseGuinée : Etait-il facile pour vous de faire l’art de la scène sans avoir auparavant une formation académique ?

Petit Tonton : A vrai dire non. J’ai commencé par une formation en jeu d’acteur, chant et danse  sous la direction d’Ansoumane Djessira Condé et d’autres acteurs professionnels notamment avec le metteur en scène Souley Thianghel dans la création ‘’Big-Shoot’’. J’ai également reçu des formations lors des séminaires, festivals dont le Festar à Dakar, les rencontres théâtrales internationales du Cameroun (RETHIC), le FITMO au Burkina…

LaPresseGuinée : Quelle a été la clé de votre intégration dans ce milieu très fermé ?

Petit Tonton : D’abord, il faut comprendre que je suis un passionné des arts et particulièrement du théâtre. Par ailleurs, il y a le courage et la disponibilité dont j’ai fait preuve durant les travaux. Je me suis dit de consacrer mon temps à ce métier et je passais des heures au travail pour atteindre mes objectifs. Bien vrai que j’ai un BTS en gestion comptable à l’Ecole Nationale de Secrétariat et d’Administration de Conakry mais je suis aujourd’hui comédien de profession. J’ai eu la chance d’être entre de bonnes personnes qui ont accepté de m’encadrer, de me soutenir et de m’intégrer dans leur univers.

LaPresseGuinée : Aujourd’hui vous êtes au panthéon de votre art, comment accueillez-vous cela ?

Petit Tonton : C’est le résultat de longues années de dure-labeur, de rigueur dans le travail, de patience, de respect pour son travail et celui des autres. A présent, je me tourne vers un autre challenge qu’est la mise en scène. Et je dois suivre une formation dans ce sens à Ouagadougou du 26 septembre au 22 octobre prochain.

LaPresseGuinée : Quelle est votre plus grande fierté ?

Petit Tonton : C’est d’être écouté par une tranche de la société et le fait de représenter mon pays sur le plan extérieur et de remporter quelque chose telle la médaille d’argent aux Jeux de la Francophonie.

LaPresseGuinée : Effectivement, cette médaille a été une consécration pour la Guinée et pour vous-même. Votre présentation portait sur un conte axé sur la protection de l’environnement. D’où vous est venu le déclic de travailler sur ce thème ?

Petit Tonton : Depuis quelques temps ce problème (Environnement) me préoccupe beaucoup à cause de ses effets néfastes. Lorsque l’opportunité s’est présentée, j’ai dévoilé mon projet de conte en improvisation de cinq (5) minutes lors de la présélection des Jeux de la Francophonie au Centre Culturel Franco-Guinéen (CCFG). C’était un fait du hasard puisque j’avais cela en tête. Dieu m’a aidé et c’était parti je ne pouvais plus changer ce thème. Heureusement d’ailleurs !

LaPresseGuinée : Quel a été le retour que vous  avez eu des spectateurs?

Petit Tonton : Aux Jeux de la Francophonie, je n’ai joué qu’une partie du thème en 15 minutes. Selon les informations, c’est le seul thème qui a eu le standing ovation (ovation du public). Cela veut dire que le public a beaucoup aimé. La présidente du jury disait par exemple aux médias que ce qui l’a le plus touché dans mon spectacle était le thème.

LaPresseGuinée : Maintenant que vous avez une médaille en poche, quels sont vos projets futurs ?

Petit Tonton : Dès le 25 septembre, je serai à Ouagadougou pour une formation de mise en scène. Ensuite, je suis programmé pour le spectacle « La vallée de Dinka » ou « la valée de l’espoir » au festival Univers des mots du 5 au 12 novembre 2017 à Conakry. Aussi, je travaille sur le montage de conte pour les leçons de civisme et de morale.

LaPresseGuinée : Votre mot de la fin ?

Petit Tonton : Etre artiste c’est aussi une profession contrairement à ce que d’autres pensent. Je ne fume pas, je ne bois pas l’alcool, je ne me drogue pas et joue devant des centaines de personnes sans problème. Depuis 2003 je ne vis que de ça et ce truc pour certains est un métier et c’est mon métier. Surtout la grosse question est de savoir ce que je dois faire pour ma société et non ce que ma société doit faire pour moi et comme ça on pourra mieux vivre. Merci

LaPresseGuinée : Merci d’avoir répondu à nos questions.

Propos recueillis par Hassane Hilal SYLLA pour LaPresseGuinée

SHARE