La Guinée manque d’un palais de la culture digne de nom

La Guinée est l’un des pays de la sous-région qui accueille beaucoup plus de spectacles dans l’année. A en croire certaines stars de la musique tels que Black-M, Maitre Gim’s, MHD, le public guinéen est sans doute le plus chaud. Malheureusement, ce pays reste encore confronté à un manque d’espace culturel pouvant accueillir un concert professionnel. Le seul palais du peuple de Conakry où pratiquement la plupart de concerts se font, n’a pas une salle adéquate pour recevoir de véritables concerts. D’où la nécessité d’avoir un palais de la culture permettant de contenir un bon nombre de public.
C’est une question qui taraude l’esprit dans le milieu culturel guinéen. Elle est considérée aujourd’hui comme une véritable problématique par les acteurs de la culture. Pour Mohamed Camara, assistant du Directeur général de L’Harmattan-Guinée, il est nécessaire voire indispensable que le pays se dote d’un palais de la culture pour faciliter l’expression des artistes ainsi que l’épanouissement de la jeunesse.
Allant dans le même sens, Manager Will chargé de la promotion de l’artiste Singleton avance qu’en matière d’organisation de spectacle, la Guinée n’est pas au top. « Nous avons des artistes qui ont envie de donner et un public motivé, mais il n’y a pas de lieu de spectacle et c’est dommage », a-t-il déploré. Même son de cloche chez l’artiste Steeve One Lock’s. « La jeunesse est privée de divertissement. Tous les lieux sont fermés depuis plusieurs années. Pas de rénovation, tout est gâté. Il y a beaucoup de talents aujourd’hui dans la culture, mais il n’y a malheureusement pas de salles pour leur permettre de se former et de répéter », a-t-il expliqué avant d’interpeller les autorités à investir de plus dans la culture.

Pour Sayon Bamba, Directrice générale de l’Agence guinéenne de spectacle (AGS), il faut encourager les privés à investir dans le spectacle vivant. « Quand vous prenez l’exemple sur les pays voisins, hors mis les salles de spectacles que l’Etat met à la disposition des citoyens, il y a beaucoup de gens qui font des salles parce qu’ils savent que le milieu du spectacle vivant génère de l’argent », a-t-elle fait savoir.

En attendant que cela ne soit effectif, la Directrice Générale de l’AGS conseille vivement à tous de bien gérer les espaces disponibles. « Il faut d’abord valoriser et bien gérer le patrimoine qu’on a. Si on a un palais de la culture, ce serait bien en soit. Faut-il que les autres espaces soient délaissés au profit du palais de la culture ? Non. Il faut qu’on vende l’idée de la diversité et encourager les bailleurs de fonds à investir dans la culture ».
Pour Jean Baptiste Williams, Directeur national des Arts « Avec la coopération chinoise, le président Alpha Condé a demandé la construction d’un palais de la culture. Le gouvernement chinois l’a accepté et l’a notifié officiellement à notre département. Pour la partie guinéenne, il était question de trouver l’espace. Avec notre homologue de la ville et de l’aménagement du territoire nous avions eu un espace de 5 hectares dans la zone de Sonfonia sur la bretelle de la mangrove. A ce jour, nous sommes à l’attente de la délégation chinoise pour des études de faisabilité afin d’avoir notre palais de la culture ».
Le Directeur national des Arts reste par ailleurs optimiste en ce qui concerne les attentes des hommes de culture tout en précisant que la durée d’exécution des travaux est de deux ans.
Il reste à savoir si ce délai sera respecté. En attendant, les hommes du show biz doivent prendre leur mal en patience.

M. Samba Bah pour lapresseguinee.org

SHARE